Aller au contenu

Je suis à toi, tu es à moi : violence et passion conjugale

Mercredi 17 février 2016 de 18H00 à 20H00

Rencontre Ombres blanches organisée avec L’équipe Simone-Sagesse (CERTOP, Université Toulouse Jean-Jaurès).


Débat avec Maryse JASPARD, autour de son livre Je suis à toi, tu es à moi : violence et passion conjugales (Éditions Payot).

Maryse Jaspard, sociologue et démographe féministe, a dirigé en 2000 l’enquête Enveff, première enquête nationale sur les violences envers les femmes en France. Chercheuse associée à l’Ined, elle a publié de nombreux articles et ouvrages sur les thèmes de la violence et du viol, y compris dans des ouvrages collectifs. Elle est l’auteure, dans la collection « Repères », de Sociologie des comportements sexuels (La Découverte, 2005) et Les Violences contre les femmes (La Découverte, 2011).

La prise en compte des violences contre les femmes en tant que problème de société s’est consolidée au cours des dix dernières années ; en 2010, la lutte contre les violences faites aux femmes a été déclarée grande cause nationale par l’État français. Mais que recouvre le concept de violences contre les femmes ? Comment identifier les formes de violence ? Quelle est leur ampleur ? Qui sont les victimes ? Qui sont les agresseurs ? La mondialisation de la reconnaissance des violences faites aux femmes reste un élément majeur du combat contre les inégalités entre les sexes. Le chiffrage de ces violences relève d’enjeux politiques et sociaux fondamentaux, à l’échelon national et international.

Je suis à toi, tu es à moi. Au cours des dernières décennies, le voile du silence s’est levé sur la violence conjugale, la parole s’est libérée, la réprobation est devenue unanime. On sait maintenant qu’en amont des coups, les violences verbales et psychologiques constituent l’essentiel des violences au quotidien.

Pourtant il reste des complexités à dénouer : comment expliquer que, malgré les transformations de la société et l’émancipation des femmes, la relation de couple puisse encore engendrer la domination absolue d’un partenaire sur l’autre ? Pourquoi, « au nom de l’amour », beaucoup acceptent-elles de leurs partenaires des comportements qu’elles jugent par ailleurs intolérables ?

Maryse Jaspard analyse les liens ténus entre violence et passion pour mieux les dissocier. Et explique tous les processus, à la fois intimes et sociétaux, de la violence conjugale « ordinaire » aujourd’hui.

%d blogueurs aiment cette page :